GALLERIES

    BAGNOLS-SUR-CÈZE, LE 2 OCTOBRE 2019

    Sarah Dakhli



    Nous voilà à Bagnols-sur-Cèze, petit ville située dans le Gard. Nous y avons rencontré Sarah Dakhli, créatrice de robes de mariée.

    Sarah rêverait d’habiller tellement de personnes « Il y a des personnalités qui sont trop stylées comme Adèle Exarchopoulos, Diane Kruger, Lily-Rose Depp… Quand elles sont sur un tapis rouge, elles se démarquent des autres, j’adore ».



    « Je suis petite-fille et fille de couturière, tout le monde a des mains en or chez moi. Je sais depuis petite que je ferai des vêtements ». C’est d’abord une histoire de transmission : « Ma mère et ma grand-mère m’ont transmis le goût du travail bien fait, la minutie, la patience mais aussi le goût des belles choses. Cela m’a beaucoup défini en grandissant ». Lorsqu’elle décide de créer son entreprise, Sarah sait qu’elle ne veut pas partir dans la sur-consommation, elle veut produire de la qualité. Elle fait donc le choix de produire à taille humaine. Mais, remontons un peu l’histoire de cette créatrice qui sort de l’ordinaire : « Je ne voulais pas perdre de temps donc dès le collège je suis allée en classe de mode. J’ai fait 7 ans dans cette école. Ensuite, ça s’est très vite enchaîné ». Elle travaille ensuite chez Nathalie Coste chez qui elle travaille sur des robes de mariée : « Mais ce qui m’a vraiment fait bifurquer sur la robe de mariée c’est le fait qu’une de mes copines me demande ça, puis une autre, une autre… Il y avait vraiment une demande. Je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me spécialise là dedans »

    « Pour moi, la robe de mariée est le vêtement le plus important de la vie d’une femme. Sachant que chez moi le vêtement veut vraiment dire quelque chose ». Sarah aime ce vêtement là parce qu’il va rester : « Il sera sur les murs de chaque famille, pendant toute la vie et moi j’aurai participé à ça, à ce vêtement, à ce beau jour, à cette aventure ».

    Sarah Dakhli 6


    Chaque future mariée que Sarah rencontre marque le début d’une aventure de création : « Nous partons de rien. Le premier rendez-vous me permet d’arriver à comprendre qui elles sont, à les connaître un peu plus, voir la relation qu’elles ont avec elles-mêmes. On essaye plusieurs modèles, on sort toutes les matières, on épingle, on enlève, on dessine… Puis, on définit ce qui lui correspond en fonction de son budget ». L’aventure commence officiellement. « Le second essayage est tout de suite dans le tissu de SA robe, je n’utilise pas de toile ». La création sur le moment. Ensemble. L’expérience du sur-mesure n’est pas faite pour tout le monde : « Je pense que toutes les femmes ne sont pas faites pour le sur-mesure. Il y en a que ça va frustrer d’essayer la robe sans rien. Il y en a d’autres qui sont parfaitement faites pour ça et qui adorent prendre chaque décision, qui placent chaque fleur de dentelle,… ». Le nombre d’essayages varie « je m’adapte à la mariée. Certaines habitent loin, d’autres ont besoin de beaucoup d’essayages… Mais il en faut au moins trois ».

    Sarah Dakhli 9
    Sarah Dakhli 12



    La particularité de Sarah ? Chiner les dentelles anciennes : « Ce sont des trésors qui traversent les années ». Ensuite, ses matières viennent de France: « le savoir-faire français est très important pour moi ». 

    Ce qu’elle aime le plus dans son métier ? « Le moment où la mariée comprend que c’est sa robe ». 

    Sa plus grande émotion professionnelle ? « Il y a trois ans j’ai eu le Prix de l’artisan de l’année. Quand je suis rentrée chez moi avec mon prix, pour mon père c’est comme si j’avais gagné un Oscar. Je ne l’avais jamais vu aussi fier de moi »


    Sa citation au quotidien ? « C’est ma mère qui me l’a trouvé il y a quelques années parce que certaines fois c’est difficile, il ne faut pas croire… «Avec du temps et de la patience, les feuilles de mûrier se transforment en robe de soie.» Elle me l’a collé au-dessus de mon bureau ! ». 

    Sarah Dakhli 15
    Sarah Dakhli 18


    Son souvenir d’enfance ?

    Sarah Dakhli 21

    « C’est moi dans les bras de ma tante qui se marie. Je porte la robe de baptême de mon arrière grand-mère qui est en dentelle ancienne. Ça m’a fait penser que j’ai passé toute mon enfance à chercher dans les malles, à chercher des tissus, des trésors, des dentelles… J’ai toujours cherché des tissus et à chaque fois que j’en trouve un je pense à ce que je vais en faire ». 



    Merci Sarah pour ce moment plein de douceur et de paillettes!
    Retrouvez toutes les informations sur le site internet de Sarah Dakhli.

    ALISON + SARAH

    Découvrez nos autres interview de créatrice de Robe de Mariée ici.

    CONVERSATION PRÉCÉDENTE Sarah Dakhli 1

    COMMENTAIRES -

    ÉCRIRE UN COMMENTAIRE